Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 08:29

Après Collines au crépuscule (Cheminements, 2005), Au défaut de l’épaule (2008), Béatrice Bourrier signe une fois de plus un livre fort et profondément émouvant, aux Editions Lucien Souny.

1 béa

Le berger et son étoile

« …Basile est un homme simple, au tempérament tranquille, heureux entre ses brebis et ses étoiles qu’il contemple les nuits de transhumance. Passionné par les mérinos, il perpétue la tradition des bergers. Le destin va se rappeler à lui sous la forme d’une femme, une Italienne aussi belle que pauvre, qui se présente à la porte de son mas un jour d’hiver, avec deux mouflets accrochés à ses jupes. Elle n’a ni toit, ni pain. Il les recueille. Il connaîtra les tourments de la passion pour Angelina sans jamais pouvoir lui avouer. Parallèlement, à vivre auprès d’eux, il s’attachera aux garçons, à Lucas en particulier, le plus jeune, d’un amour paternel très puissant. Un bonheur fou dans le cœur du vieux berger un peu bourru. Hélas, sa déesse grecque a un mari, qui s’échappe des prisons italiennes. Il retrouve femme et enfants et les enlève à Basile. Cependant, Lucas continue régulièrement à fréquenter le berger qui constate que ce gamin grandit mais ne perd rien à sa douceur. Insolite douceur qui, un jour, dans ce clan de barbares - un père violent et un frère aîné viril - le brûlera…

2 béa

Un roman captivant et troublant qui mêle une histoire d’amour hors du commun, une intrigue familiale déchirante et la fresque superbe d’un métier de tradition… »

Pour se procurer cet ouvrage :

Dans toutes les librairies, grandes surfaces et internet, à partir du 10 Avril.

Pour ceux qui le souhaitent je me ferais un plaisir de faire une dédicace personnalisée, il faut alors me préciser pour qui.

 Commande par un chèque de 15€ Franco de port à :

Beatrice Bourrier,

20 Ter Avenue Pasteur,34690 Fabregues.

On peut aussi m'envoyer une demande par mail: beabourrier@orange.fr

 

 

Repost 0
Published by À la Jasse d'Esther en Cévennes - dans Livres et parutions
commenter cet article
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 10:28

Dans notre cabanon en Corse ma chère épouse, cévenole authentique me voyant émerveillé par les paysages de l’île me disait souvent :

C’est beau mais si tu voyais mes Cévennes

Le temps passant, lors de mes 60 printemps, m’éloignant de la mer, et de la plongée sous marine qui me devenait moins accessible, nous avons quitté la Corse pour aller…en Cevennes bien sur.

Car il lui avait suffit de m’y emmener en promenade pour être conquis par cette région qui a gardé un patrimoine et un environnement incontestable.

Et, comme le souligne mon ami Patrick, le conteur de Malbosc dans la préface :

Le pays cévenol, il suffit d’y gouter pour ne plus s’en passer.

Alors quittant le cabanon corse, nous sommes maintenant six mois par an dans notre mazet, là-bas en Vallée borgne.

Et comme, j’y trouvais une nouvelle jeunesse, les editions Alan Sutton ont bien voulu m’accepter et me faire poser 100 questions et en donner les réponses dans l’ouvrage ci-dessous.0

Elles sont accompagnées de plus de 100 images dont voici  quelques exemplaires pour vous inciter à sa lecture.

En vente dans toutes les librairies et commerces des villes et vallées. 1

2

 

3

 

4

 

5

 

6

 

7

 

10

 

12

 

Repost 0
Published by À la Jasse d'Esther en Cévennes - dans Livres et parutions
commenter cet article
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 17:13

LES PLANTIERS

Le livre en fête

Rencontre avec des auteurs régionaux

Samedi 23 novembre 2013

14 h à 17 h

À la bibliothèque

Invitée d’honneur :

Mireille Pluchard pour Les Sentes buissonnières (dont l’action se situe en partie dans la vallée Borgne)aliv 1

Seront également présents :

Françoise Poupart pour Conscience Animale (Le lien d’amour)aliv 2

Dany et Gérard Loridon pour De la Corse aux Cévennesaliv 3 et L’or du ville de Grassealiv 4

Hervé Grimal pour Le voyage du Bambou (de l’Asie aux Cévennes)aliv 5

Marielle Boisson pour Âmes de papier et Au jardin de Léon (un polar en Cévennes)aliv 6

Gérard Rotger pour Elles m’ont fait rirealiv 7

Entrée libre, verre de l’amitié offert

 

Manifestation organisée par la municipalité des Plantiers et Complices Éditions

Repost 0
Published by À la Jasse d'Esther en Cévennes - dans Livres et parutions
commenter cet article
3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 10:10

afp 2afp 1C’est un livre qui relate l’amour des animaux au travers de quelques courtes nouvelles sensibles.
Son auteure Françoise Poupart fait partie de cette pépinière d’écrivains qui se lève en Vallée Borgne, aux Plantiers, dans le hameau de Monteils, grâce à la dynamique entreprise « Complices éditions » gérée avec brio par Marielle et Gérard.afp 3

Françoise  trouve ses inspirations dans des hauts lieux comme on peut la voir au Col de l’Asclier avec son copain Diabolo.afp 4

Pour en savoir plus pangalane@gmail.com

Enfin, et si vous voulez passer un bon moment avec tous ses amis, il vous est possible de commander par chèque de 17 € à :

(Le livre coûte 14,50 € + 2,50 € de frais d'envoi.)

F. POUPART

94 chemin de la Source

30140 GENERARGUES

Dédicace personnalisée sur demande.

 

 

Repost 0
Published by À la Jasse d'Esther en Cévennes - dans Livres et parutions
commenter cet article
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 17:51

L’ami Patrick Mouton persiste et signe…son dernier ouvrage

« Marseille  1720, la grande Peste en 12 questions »acm 1

Il nous avait déjà offert le Mystère du Grand-Saint-Antoine ce navire qui venant des Échelles du Levant apporta ce terrible fléau à Marseille.

Les éditions Gaussen ont voulu nous en faire découvrir  plus. Patrick, qui avait fait de nombreuses recherches, nous livre des précisions historiques inédites.acm 2

Parmi les 12 questions auxquelles il répond, toutes sont intéressantes, mais j’ai noté en particulier et ce à titre strictement personnel :

La première  « Par une belle matinée » où le capitaine Chataud va se voir confier le commandement du navire convoqué à La Loge, aujourdh’ui hôtel de ville, par des investisseurs importants dont le premier échevin de la ville Jean baptiste Estelle. Ceci dans une ambiance  si bien décrite qu’il est facile de se retremper ici dans la vie de ce grand port.

La quatrième où il cite en titre « Que savait-on de la peste en 1720, avec cette citation Yersin, pourquoi viens-tu si tard »?

Il y explique surtout quels remèdes étaient employés, pour tenter de combattre ce fléau. Par exemple, les fumigations d’herbes provençales chargées d’épurer l’air où l’on croyait que se cachaient des miasmes dangereux. Et aussi ce vinaigre au nom mystérieux dit des quatre Voleurs dont on se badigeonnait le corps ( Encore fabriqué en Cévennes à St André de Valborgne). Car la peste s’est étendue jusqu’à Alès où elle fit de nombreuses victimes.

La onzième, qui a retenu surtout l’attention du scaphandrier que j’ai été, me faisant connaître les circonstances du brûlement du Gd St-Antoine, mais surtout comment et par qui son épave fut découverte sur l’îlot de Jarre.(photographie Jean Luc Fontaine)acm 3

Jai tout lu d’un seul coup ne pouvant quitter ces pages et j’avoue y avoir passé l’un de ces excellents moments de lecture.

Je vais emmener cet ouvrage au Mazet cet été. Je le consulterai à nouveau pendant mes siestes vespérales, au frais, derrière nos épais murs de pierre.

Repost 0
Published by À la Jasse d'Esther en Cévennes - dans Livres et parutions
commenter cet article
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 08:55

…dévorant doux agneau et gentilles brebis, nous privant ainsi des délicieux gigots et autres côtes premières délicatement grillées sur des braises de bois de châtaigniers.

C’est ainsi que notre ami Patrick Mouton, « Le conteur de Malbosc » va nous parler  du retour de la malle bête dont il est dernièrement fait état par des médias se voulant éclairés.acl 1

De la Bête du Gévaudan à cette résurrection écologique il va, comme à son habitude,  vous passionner et qui sait vous faire trembler en vous tenant en haleine au cours d’une conférence sur ce canidé féroce  qui défraya tant la chronique et qui pourrait le faire encore.acl 2

Rappelons aussi que dans son cycle cévenol, il peut vous proposer d’autres sujets tels que :

Les Galériens, ces malheureux et néanmoins rebelles cévenols envoyés sur les bagnes flottants du roi-soleil, car ne voulant pas renoncer à leur religion.acl 3

« Dieu a-t-il reconnu les siens »où il vous contera  la vie de ce médecin du causse, lâchement dénoncé par un confrère ignare et jaloux.acl 4

La peste de 1720  apportée à Marseille par le Grand-Saint-Antoine qui fit des milliers de morts.acl 5

 Et dont l’un des médicaments utilisés « Le vinaigre des quatre voleurs » est encore fabriqué en Cévennes à St-André-de-Valborgne.acl 6

Rappelons que Patrick est diplômé de l’École supérieure du journalisme de Paris

Profession qu’il exercera surtout dans le monde de la mer étant lui-même sous-marin largement reconnu.

Il s’est maintenant retiré dans son mazet des Cévennes ardéchoises, dans le hameau de Chabannes, sur la commune de Malbosc.

Il y a trouvé le calme nécessaire à l’écriture de nombreux romans publiés chez de grands éditeurs.

Capable de méditer à l’ombre de châtaigniers centenaires, il va y trouver la source de nombreux contes qu’il peut vous faire partager.

Contact :

E-mail : moupat@wanadoo.fr

Tel : 06 24 52 15 57

 

 

 

 

Repost 0
Published by À la Jasse d'Esther en Cévennes - dans Livres et parutions
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 08:27

Je viens de relire un livre de JP Chabrol « La Banquise ».

C’est un auteur que l’on retrouve plusieurs fois avec le même plaisir.ablq 1

Certes, dans la relecture où l’on connaît déjà la fin, nous ne trouvons pas la tension qui vous pousserait à lire tout de suite les dernières pages. Non ! Mais on a le plaisir de retrouver au long des  pages, les passages qui ont le plus retenues votre attention.

« La Banquise », c’est l’histoire d’une femme nommée Clemence Van Khyse., D’où avec le bel accent des Cévennes un nom qui se transforme vite en « banquise »

D’autant plus que très belle, elle affiche une politesse glaciale surtout vis-à-vis des hommes qui l’approchent.

Malgré cela, elle finira par s’intégrer dans ce village de Boussaâda où elle va tenir un commerce et surtout élever son fils qu’elle destine à un grand avenir.

La guerre et l’occupation allemande vont venir transformer cette vie calme et tranquille en un drame de la Résistance.

Le mieux, c’est encore de lire ce roman attachant.

Il en sera tiré un téléfilm avec en vedette Clémentine Célarié.ablq 2

Les plans de la fin ne se passent d’ailleurs pas très loin, sur le pont métallique de Ste-Croix vallée française.

Repost 0
Published by À la Jasse d'Esther en Cévennes - dans Livres et parutions
commenter cet article
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 11:07

Aux Plantiers, en 52 av JC…Jules César

Devant la beauté des Cévennes chargées d’histoire, il est permis de rêver.

Car ainsi que je l’ai écrit un jour dans l’Almanach de la Vallée Borgne, on n’ignore tout sur la traversée des Cévennes par César dont il fait état dans sa « Guerre des gaules. »

Revenons sur les pages de l’almanach, cette parution sérieuse ou j’ai sévi, laissant aller mon imagination débordante se peut-être un brin historique. Quand je commence :

« Maudits gaulois…six années de guerre…passe encore de prendre la pelle à l’étape pour établir le camp, mais là à longueur de journées, tracer la route dans six pieds de neige, les premiers rangs à la pelle, les suivants avec le casque… »aces 1

Rappelons-nous ce qui nous était enseigné.

César est en pleine conquête de la Gaule quand soudain un jeune chef arverne soulève les tribus et les incitent à se regrouper pour vaincre l’envahisseur romain. Ce Vercingétorix, c’est un mauvais fer, un hargneux qui va le démontrer au grand Jules. Ce dernier, pas tendre est loin des conventions de Genève, lui il est pour le massacre, l’élimination totale de l’ennemi. Sans pitié pour ses victimes, aujourd’hui il finirait au tribunal international de la Haye.

Dans notre affaire en plus il n’est pas content. Il était parti passer l’hiver tranquille à Rome au milieu de ses belles esclaves et de ses masseuses perverses, quand on lui apprend qu’un auvergnat vient de lancer la révolte.

Alors, fin stratège, quand même familier lui aussi du coup tordu, il revient à fond de ballon, rameute les garnisons de Narbonne et Nîmes qui se la coulaient douce et en plein mois de mars décide d’aller surprendre l’Astérix des volcans en passant par les Cévennes.aces 2

Les chefs des casernes du bord de mer ne lui ont pas dit que là haut ce ne serait pas de la tarte. Pas content eux aussi, ils ne lui ont pas dit que pour eux les Cévennes, c’est loin, mal fréquentés par un peuple déjà et sans doute depuis toujours rebelle ( on en reparlera…) et des collines sans route ni sentiers accessibles à la troupe. Les drailles, pas questions de les indiquer aux étrangers, il n’y a pas de cartes, ni de pistes de GR. Par contre, il y là-haut l’Aigoual, lui qui vous distribue du froid comme c’est pas possible.

Et pour finir en Mars, il y a de la neige. Comme il y a deux ans le 8 mars où j’ai fait pelleter ma cévenole pas plus inquiète pour cela bon sang ne saurait mentir. En plus c’était la journée vivifiante de la femme !

Revenons à César, pourquoi ne serait-il pas passé dans nos vallées, empruntant l’ancienne route des Gabales actuellement Corniche des Cévennes.

Et aussi la vieille draille de l’Asclier où paraît-il il y a la trace des chars romains dont celui de Jules ?aces 3

Où près d’Aire de côte où la voie de transhumance domine le vallon de Valleraugue...

Allons, je me réveille, mais avouez que le dessin de mon ami Dominique Sérafini, le dessinateur du Cdt Cousteau, ça a de l’allure non ?

Repost 0
Published by Vallée Borgne en Cévennes - dans Livres et parutions
commenter cet article
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 10:36

Écrire, être édité et publié aux Plantiers, c’est possible grâce à Complices Editions.

C’est même facile et recommandé.aed 2

Pour les auteurs régionaux et autres, Gérard et Marielle ont donc créé Complices éditions qui est une maison d'édition mutualiste.aed 1

Les risques sont partagés et les bénéfices également et de façon très rapide pour l'auteur.

Car il perçoit, dès parution, un nombre de livres dont le montant de la vente est légèrement supérieur à son investissement.

Il achète ensuite ses livres avec une remise de 40% et il perçoit ses droits d'auteur (10%) dès le premier livre vendu (hormis ceux qu'il achète avec sa remise).
Privilégiant la qualité, un comité de lecture se réunit pour apprécier les manuscrits, puis une relecture et/ou une correction plus ou moins sévère est imposée.

Des conseils de réécriture peuvent être proposés également.

On favorise l'édition d'auteurs cévenols afin d'établir plus facilement une bonne relation éditeur-auteur.aed 3

Qu'importe le sujet du livre, tous les manuscrits sont favorablement accueillis par Marielle qui nous dit :

"Les livres, je suis tombée dedans quand j'étais petite fille ..."

Née à Nîmes en 1966, Marielle Boisson n'a cessé de grimper vers les montagnes cévenoles pour s'y installer définitivement il y a quelques années. Son parcours professionnel et sa passion des mots l'amènent maintenant vers l'écriture pour les autres. Ainsi donc, entre deux romans, elle se consacre au métier d'écrivain public avec une spécialité pour les biographies

Contact

Complices éditions

Hameau de Monteils

30122 - Les Plantiers, France

Téléphone :

Tél. : 06 69 47 19 24

Mail. : complices.editions@gmail.com

Si vous avez un commentaire à faire ou une question à poser, n'hésitez pas à nous contacter, nous nous ferons un plaisir de répondre à toutes vos questions.

Site principal: www.complices-editions.frcomp 1

 

 

 

Repost 0
Published by Vallée Borgne en Cévennes - dans Livres et parutions
commenter cet article
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 09:10
                                               Sa Corse et mes cévennes…
Mes Origines Cévenoles
« Salut Montagnes biens aimées,
Pays sacré de mes aïeux… »acor 1
Je suis née le 5 Avril 1945 aux Salles du Gardon, fille de Henri, Emmanuel, DOUSSON, né à Nîmes et Alice, Adèle, Augustine JUSTAMON, bien gardoise, car née à Alès.
La famille de mon père était ardéchoise et celle de ma mère de Vallon pont d’Arc.
Si, l’auteur de mes jours, était à l’époque de ma naissance mineur de fond à la Grand’ Combe, comme tout bon gardois d’Alès, ma mère était institutrice aux Salles du Gardon.
Et nous logions donc à l’école où elle distribuait le savoir nécessaire à l’obtention du CEP, le redoutable Certificat d’Etudes primaires.
Elle avait eu un parcours professionnel physiquement quelquefois rigoureux.
Le premier poste qui lui fut octroyé à Malon et Elze, n’était pas et de loin le plus facile
Je m’y suis rendu il y a quatre ans et si j’ai découvert un site magnifique, je me suis aperçu que la vie dans ces années trente du siècle dernier ne devait pas être toujours agréable. Elle m’en a d’ailleurs raconté quelques moments.
Elle faisait la classe dans une salle unique pour sept élèves mais de différents âges et elle se devait de les éduquer du cours préparatoire au Certificat cité plus haut. Programme pour le moins ardu, mais que sa volonté lui permettait de mener à bien.
Il faut savoir que lors des congés qui lui étaient accordés, ceux de l’hiver occasionnaient des problèmes dus à l’éloignement de votre poste.
Pour qui connaît ce hameau de Elze qui fait partie de la commune de  Malon,            il faut se rappeler que de son lieu d’habitation à la route il y a  environ quatre à six kilomètres qui par temps de neige se révélait un obstacle infranchissable pour une jeune femme.
Deux de ses voisins, gaillards solides marchaient devant elle et « lui faisait la trace ! »  Arrivée au col, elle attendait le car qui allait la mener à Villefort où là elle prenait le train.
Il n’y avait pas de commerçants et sa nourriture lui était distribuée par ses voisins, gens au grand cœur, qui appréciaient beaucoup « la demoiselle de l’Ecole ». Il en était de même pour le bois de chauffage de la salle de classe et de son logement.
Aussi, avec  une totale abnégation qui l’aidait à vaincre les douleurs occasionnées par un climat hivernal rigoureux, elle ne s’en plaignait jamais.
Il advint que ces efforts moraux furent sans effts sur les résutats physiques engendrés. Très rhumatisante, la faculté lui avait donc conseillé un climat plus sain en bord de mer. Elle fut tout d’abord mutée au Grau du Roi
Là, mon père quittant la vie obscure de la mine devint marin à la pêche.
Cette découverte du monde marin ne l’a pas quitté et par la suite il devint un pêcheur à la ligne acharné.
Par la suite elle nous emmena tous à Sanary, dans le Var où elle fut mutée, en 1947.
C’est dans cette commune varoise que je fis la connaissance de mon « Homme grenouille »  qui devint mon époux il y a 40 ans.
Lui allait me faire connaître la Corse et moi par la suite je lui ai fait découvrir mes Cévennes.
Il en est conquis à tel point qu’il serait prêt à y rester même en hiver, après nos six mois d’été chaque année.
Alors j’ai écrit « De la corse aux Cévennes » afin de vous faire vivre notre parcours émaillé d’aventures et d’anecdotes qui vous feront passer un bon moment.acor 2
 
 
 
                     
 
 
 
Repost 0
Published by Vallée Borgne en Cévennes - dans Livres et parutions
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Vallée Borgne en Cévennes
  • Le blog de Vallée Borgne en Cévennes
  • : Notre vie en Cévennes dans notre mazet, au fond de la Vallée Borgne, pas loin du Mont Aigoual
  • Contact

Profil

  • À la Jasse d'Esther en Cévennes
  •  Découvrir les Cévennes et en particulier la Vallée Borgne ainsi que la commune des Plantiers
Nous y habitons dans notre mazet "La Jasse d'Esther"
  • Découvrir les Cévennes et en particulier la Vallée Borgne ainsi que la commune des Plantiers Nous y habitons dans notre mazet "La Jasse d'Esther"